La course du Hans en 1h

Publié le par Raphael Siegel

Ce fut une belle soirée pour participer à cette course du Hans.

Les conditions climatiques étaient idéale, 24° avec un peu d'humidité et un léger souffle.

 

Arrivée sur le site à Obernai, je me sens déjà à l'aise, car sur terrain un peu connu.

Suite à mes participations au Triathlon de Obernai, au Combiné de Boersch et au Semi de Molsheim, etc ...,

le profil de la course ne me surprendra pas.

 

Les 3300 participants sont divisés en 6 vagues de 550, déjà, c'est énorme.

Je suis en vague 5, départ à 22h19.

Devant, je sais que Alain et Audrey partent en vague 3, donc 10' devant.

Pas de nouvelle des M&M's.

 

DepartFeu.JPG

Le speaker sur la ligne de départ chauffe la foule et met une bonne ambiance.

La première vague est partie et nous avons en live les commentaires du suiveur sur les premiers.

C'est Samir Baala qui prend les devant dès le 5e kilo.

 

22h19 : Ma vague se place sur le trait, je me place dans les premières lignes.

Et c'est parti pour 12 km de folie.

 

Départ rapide pour ne pas me faire coincer, puis je reste sur la lancé du groupe.

On se dirige vers le Mont National, début de montée, passage au 1er kilo en 4'45".

Je laisse les furieux me dépasser.

Mais déjà on rattrape des gens de la vague précédente, eh bien.

A peine une courte montée que l'on plonge à la lueur des frontales à l'arrière du mont.

Dans l'obscurité et sur les chemins, je fais attention aux appuis, le sol semble bien stabilisé.

Je profite de cette bonne descente pour allonger ma foulée et gagner du temps et des places.

 

Car ma logique pour cette course est bien de monter décontracté et de descendre à fond relâché.

Je cours donc zen et profite du spectacle, des spectateurs, des éclairages, de la musique, des encouragements, etc...

 

Fini la descente, il faut remonter, à bonne foulée, mais cool.Chateau

Dans la nuit, impossible de se repèrer par rapport au sommet, aucun repère de distance.

On passe un couloir de flambeaux, magnifique, avec des encouragements par milliers.

Puis arrive les habitations, ça y est, on arrive bientôt à la croix.

L'effort commence à se faire sentir, mais c'est normal.

Et le sommet du Mont National, on bascule.

La descente, je lâche les chevaux, personne ne viendra me dépasser tout du long.

Passage au 5e kilo en 25'05", parfait, le rythme est bon, sans forcer.

 

On traverse une partie de la ville, il y a du monde partout au bord du tracé,

on tape dans la main des enfants qui nous encouragent.

Super ambiance, c'est géant.

 

Passage au 6e kilo en 30', excellent, y'a plus qu'à faire la même chose.

Parc.JPG

On ressort de Obernai par des chemins vallonnés sombres,

attention à ne pas faire d'erreur et surtout de ne pas se griller dans l'effort.

La fatigue arrive, mais je tiens bon, toujours dans un bon rythme.

Les descentes étant moins raides, je dois bien pousser pour allonger ma foulée.

J'en garde sous la semelle pour accélérer sur les 3 derniers kilo.

La gestion est bonne, dernière difficulté au 8,5km, puis encore une légère jusqu'au 9e.

 

Les jambes sont bien, le souffle relativement calme, de très bonnes sensations.

Ca y est j'accélère, le chrono me motive.

Passage au 10km en 50'30", je dois me battre pour finir sous l'heure de course.

Surtout que la fin de parcours est en descente.Sponsor.JPG

J'emballe jusqu'au 11e, en 55'14", ça se durcit mais je dois le faire.

 

Dernier kilo, je ne lâche pas, je m'arrache encore.

Le public nous encourage, nous pousse pour le final.

Je jete un oeil sur mon Gps, qui m'indique reste 500m, 400, 300, 200,

Sur le chemin en pavé, je cherche à voir l'arrivée pour placer ma dernière accélération.

Mon Gps m'indique 12km et non toujours pas (pourtant ça correspondait aux kilo précédent)

Et là, derrière les arbres, la banderole, je sprint sur les 50 dernires m.

 

MonRésultat2010

 

Très heureux de mon chrono, même inespéré.

Ma gestion de course était vraiment efficace, tout en décontraction.

Et je le remarque au fil des courses, rien ne sers de s'exploser musculairement et mentalement,

le relâchement et la décontraction sont bien plus efficace.

 

A n'utitliser qu'en mode course, pour l'entrainement c'est autre chose, à fond.

 

Superbe

Une bonne course, un parcours magnifique,,des spectateurs qui font l'ambiance.

Avec un monde de fou.

Rendez-vous l'an prochain, dans la 2e ou 3e vague, pour ne plus avoir à dépasser sans cesse.

Publié dans Les courses

Commenter cet article

comment créer une boutique en ligne gratuitement 08/10/2014 16:33

bonne course, c'est superbe

Nicolas 30/05/2013 23:55

Je vous invite à découvrir & commenter de nouvelles créations sur roland-garros
http://www.nicolaslizier.com/article-crea-roland-garros-david-ferrer-118148374.html
Un échange de liens et envisageable au plaisir

Nicolas

LeJaune 11/08/2010 20:09


Alors cette course vélo ? Sensations ???
A+ ma poule


Alain 20/07/2010 20:59


Belle prestation frangin, la vitesse commence à venir, avec le plaisir de pouvoir gérer et de bien finir. S'kommt.


LeJaune 19/07/2010 09:43


Belle course ma poule,
L'an prochain je m'occuperais des inscriptions moi même.
La biz chez toi
Salut,