La coulée des semelles

Publié le par Raph

Ce matin, je n'ai même pas eu le temps de fignoler les derniers préparatifs,
J'ai tout de même rajouté un étais sous l'échelle, au point de pivot, ça rassure.
La toupie est arrivée avec 40 minutes d'avance sur l'horaire prévue,
à 7h50, j'accueil le chauffeur, un allemand, oups, bon, ben allons-y.

Je lui ai fait voir le point de chute, Houla qu'il me fait en allemand, en voyant mon bricolage.
Il me fait une belle marche arrière, ça passe bien vu que le sol est bien compacté.
Il est pret à deverser, donc je m'apprête à descendre dans le trou,
et il me fait "Sind sie allein"
là je fais un tour sur moi-même, en donnant l'air de vérifier autour de moi, désfois qu'un touriste serais de passage.
Et de lui répondre fièrement "ja".
Du coup, j'ai senti en lui un désespoir certain, accompagné d'une belle grimace.

Allez, c'est parti, je descends dans le trou confiant et lui demande de me l'envoyer bien liquide,
Il envoi une première coulée, trop sec, ça ne glisse même pas.
Plus d'eau après, on réessaie, ça coule un peu et le paquet du début crée un bouchon en bout de goulotte,
et ça dégueule en vrac. Là, le doute s'installe, je suis déjà entrain de cogité à la mise en place du plan B.
Encore un peu d'eau et je dégage le bouchon.
C'est parti, bien fluide, ça coule sans problème, Ouf.

Le chauffeur me demande s'il doit descendre pour m'aider à tirer le béton.
Ben non, je lui explique mon système de pivot pour la goulotte du bas, et que le béton va se niveler tout seul,
moi-même je n'ai presque rien à faire,
mais il reste perplexe ou ne saisit pas tout.

Lorsque le point 1 est bien rempli, je lui demande de stopper l'envoi,
et je déplace la goulotte au point 2 et c'est reparti.
Là, il a comprit le principe et s'inquiéte déjà beaucoup moins. "ah ok"
Je le vois de haut qui observe le coffrage sous tous ses angles, pour voir s'il va tenir à la pression du béton.
Là, c'est moi qui angoisse, si ça péte, c'est 3 mètre cube de foutu et je peux rien faire.
Mais ça ne bouge pas pour l'instant.

Pour aller du point 2 au point 3, je dois démonter un étais pour pivoter la goulotte et remettre l'étais en place.
Deux temps, trois mouvements et ça repart.
A la vu de l'avancement de la coulée, Monsieur l'allemand a retrouvé le sourire et m'a fait des commentaires élogieux sur ma goulotte pivotante. J'ai pas tout compris, mais d'après son expression, j'en suppose qu'il trouvait ça bien.

Finalement 1 heure après, la toupie s'est vidée, j'ai nivelé le béton, le coffrage n'a pas bougé et le chauffeur s'en est allé. Encore une fin heureuse.

La photo est trompeuse, rassurez-vous tout est droit.

Publié dans Terrasse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LeJaune 16/04/2009 21:15

par celui d'Aless dit l'extraterrestre ou Maître Aless.

Raph 17/04/2009 01:18


Bien oui, c'est également ainsi que j'ai connu le tien.
Alors bonne visite sur les blogs.

Tintin avait comme objectif la lune, pour s'y poser.
Alain, son objectif, c'est également la lune, mais pas pour s'y reposer, dans le but de la dépasser, d'aller au-delà et de la laisser loin derrière.
Les limites sont faites pour être repoussées, jusqu'où ira-t-il ?

Allez Mitch, le sillon est creusé, il te suffit de suivre la trace.


LeJaune 10/04/2009 15:31

Salut, c'est qui Raph ? C'est Raph SIEGEL ? Ben oui comme y'a pas de photos sur ton blog...

Raph 10/04/2009 22:44


Eh oui, c'est bien moi. La photo n'est pas forcément nécessaire, car ceux qui frèquentent mon blog sont essentiellement des gens qui me connaissent.

Et toi, Mitch, comment es-tu arrivé sur mon blog ?


Alain 09/04/2009 15:56

Geut Alice !
j'espère que tu as mis un coup de jet d'eau sur les toles ?

A+.

Raph 09/04/2009 16:41


Nan, je n'ai pas voulu envoyer d'eau dans le trou.
J'ai juste utilisé une latte pour nettoyer le plus gros.
Quand se sera sec, en la dépliant le reste de béton va s'écailler et devrait partir facilement.
Pourquoi ? ce sont des tôles précieuse ?